Revenir à DIVERS

Les soutenances au LAM

Thèses et Habilitation à Diriger des Recherches


 

 

 

 2014 – DÉCEMBRE


Romain THOMAS

soutiendra sa thèse le 12 décembre 2014 à 14H00

The age of galaxies in the VUDS survey at 2<z<6+

Jury:

  • Véronique Buat: présidente du jury
  • Claudia Maraston: Rapporteur
  • Roser Pello: Rapporteur
  • Olivier Ilbert: Examinateur
  • Marco Scodeggio: Examinateur
  • Olivier Le Fèvre: Directeur de thèse

    Résumé (de mon manuscrit):

    L’âge des galaxies est un des paramètres physiques les plus importants dans l’étude des galaxies.
    Il est également le moins étudié. Ceci est dû aux nombreuses dégénérescences dont il est victime.
    Étudier ce paramètre dans les galaxies à très haut décalage spectral permet de limiter ces dégénérescences et de produire une datation plus fiable des galaxies. Cette thèse se base sur les observations du sondage VUDS (VIMOS Ultra Deep Survey) qui a obtenu la spectroscopie de $\sim$10000 galaxies pour assembler le plus grand échantillon de galaxies avec un redshift spectroscopique $2<z<6$.
    Après avoir rappelé en première partie les bases de la cosmologie observationnelle, de l’évolution et de la formation des galaxies ainsi que les moyens mis en oeuvre pour les observer, je présente mon implication dans le sondage VUDS avec la réduction des données, la mesure des décalages spectraux ainsi que les corrections spectroscopique dont j’ai été responsable.
    Je présente ensuite le logiciel GOSSIP+ (Galaxy Observed-Simulated SED Interactive Program) que j’ai très largement modifié et amélioré. Ce logiciel permet d’extraire les paramètres physiques de chaque galaxie individuelle tels que l’âge, la masse ou le taux de formation stellaire.
    Pour cela, il utilise la méthode d’ajustement de modèles de galaxies synthétiques. La principale fonction que j’ai implémenté est la prise en compte des données venant de la photométrie et des données venant de la spectroscopie d’une même galaxie et leur combinaison pour en déterminer les meilleurs paramètres physiques.
    Ce logiciel a été ensuite testé grâce à de grandes simulations de galaxies synthétiques afin de tester sa fiabilité et ses performances. Ce logiciel a été l’outil principal que j’ai utilisé pour conduire plusieurs études scientifiques présentées dans la dernière partie de cette thèse. J’ai dans un premier temps étudié la transmission du milieu intergalactique entre un décalage spectral de 2.5 et 5.5, constituant la première étude de ce type sur les galaxies.
    J’ai pu déterminer que la dispersion de cette transmission était grande à tous les décalages spectraux observés grâce à nos galaxies. J’ai ensuite étudié les conséquences de ce résultat sur la sélection couleur-couleur des galaxies à grand décalage spectral grâce à des simulations.
    Dans un deuxième temps, j’ai étudié les âges des galaxies de notre échantillon ainsi que leur décalage spectral de formation. Cette étude a permis d’étudier les dégénérescences présente à de tel décalages spectraux ainsi que de poser une contrainte sur l’époque de formation des galaxies, jusqu’à l’époque de réionisation.
    Dans un dernier chapitre, je présente une première étude concernant l’utilisation des âges des galaxies pour étudier l’évolution du paramètre de Hubble.


Anna DURKALEC

soutiendra sa thèse le 11 décembre 2014 à 14H00

Propriétés et évolution du clustering des galaxies à redshift 2<z<5 dans le sondage VUDS

Jury :

  • Présidente du jury: Veronique Buat
  • Rapporteur: Luigi Guzzo
  • Rapporteur: Alain Blanchard
  • Examinateur: Sylvain de la Torre
  • Examinatrice: Agnieszka Pollo
  • Directeur de thèse: Olivier Le Fèvre

 

Pol MOLITOR

soutiendra sa thèse le 10 décembre 2014 à 10H00

 « Simulations cosmologiques et astroparticules »

 

Jury :

  • Philippe Amram,
  • J.Devriendt,
  • Jean .Paul Kneib,
  • J.Lavalle,
  • D. Maurin,
  • Emmanuel Nezri,
  • P. Salati,
  • R. Teyssier.

2014 – OCTOBRE


Frédéric ZAMKOTSIAN

Soutiendra son HDR le 15 octobre 2014 à 14h00

« MOEMS : du composant à l’instrumentation astronomique de future génération »


Résumé :

Les systèmes micro-opto-électro-mécaniques (MOEMS) peuvent devenir les composants-clés des futurs instruments astronomiques, pour les télescopes au sol et dans l’espace. Les composants MOEMS sont issus des technologies matures pour la micro-électronique, et grâce à leur compacité et leur adaptabilité permettent de générer de nouvelles fonctions, impossible à obtenir avec les technologies actuelles. Ils permettent de concevoir une nouvelle génération d’instruments possédant des performances inégalées. Je me concentrerai sur le projet MIRA de matrice de micro-miroirs cryogénique, développé avec l’EPFL et le CSEM en Suisse, et les projets BATMAN, ROBIN et BATMAN flies, les nouveaux concepts de spectro-imageurs pour des instruments au sol ou des missions spatiales, issus d’une collaboration franco-italienne. Ces composants et ces concepts peuvent aussi être utilisés dans une grande variété d’applications comprenant l’Observation de la Terre.

Title:

MOEMS: from device to next generation astronomical instrumentation

Abstract:

Micro-Opto-Electro-Mechanical Systems (MOEMS) could be key components in future generation of astronomical instruments, in ground-based as well as space telescopes. MOEMS devices are based on the mature micro-electronics technology and in addition to their compactness, scalability, and specific task customization, they could generate new functions not available with current technologies, allowing the design of future generation of astronomical instruments with unprecedented performances. I will focus my presentation on MIRA project, a cryogenic micro-mirror array developed with EPFL and CSEM in Switzerland, and BATMAN, ROBIN and BATMAN flies, the new spectro-imagers designs for ground-based instruments and space missions, based on a French-Italian collaboration. These devices and concepts could also be applied in a wide range of applications, including Earth Observation.


 

Jeremy TIGE

soutiendra sa thèse le 03 octobre 2014 à 14H00

 » Les premières phases d’évolution des étoiles massives dans NGC 6334 et NGC 6357 révélées par le sondage Herschel-HOBYS »


Jury:

  • Philippe Amram (Président du jury) : Professeur (Laboratoire d’astrophysique de Marseille)
  • Peter Schilke (rapporteur): Professeur (Université de Cologne)
  • Sylvain Bontemps (rapporteur): Directeur de recherche (Laboratoire d’Astrophysique de Bordeaux)
  • Frédérique Motte (examinatrice): Chercheuse (CEA, Paris)
  • Philippe André (examinateur): Directeur de recherche (CEA, Paris)
  • Delphine Russeil (Directrice de thèse): Maitre de conférence (Laboratoire d’astrophysique de Marseille)

 


 Résumé :

Cette thèse présente une étude des coeurs denses et massifs de deux régions de formation d’étoiles massives de notre Galaxie. J’utilise pour ce travail des observations Herschel-HOBYS de NGC 6334 et NGC 6357 complémentées par les sondages GLIMPSE, MIPSGAL, ATLASGAL, MALT90 ainsi que des observations SCUBA-2 et SIMBA. La vision multi-longueur d’onde m’a permis d’identifier spatialement les coeurs les plus denses des deux régions et d’extraire leur distribution spectrale d’énergie. J’ai modélisé l’émission des coeurs pour extraire leurs paramètres physiques et j’ai utilisé des données infrarouge, des catalogues de sources masers et radio, ainsi que des raies moléculaires pour déterminer leur statut évolutif.


 2014 – SEPTEMBRE


 

Baptiste PAUL

soutiendra sa thèse le 29 septembre 2014 à 14H00

 « Mesure de front d’onde post-coronographique à haute précision pour l’imagerie à haut contraste, application sol et espace ».


Jury :

  • Magali Deleuil (Présidente du jury) : Professeur (Laboratoire d’astrophysique de Marseille)
  • Jérôme Idier (Rapporteur) : Directeur de recherche (Institut de Recherche en Communications et Cybernétique de Nantes)
  • Pascal Bordé (Rapporteur) : Professeur (Laboratoire d’Astrophysique de Bordeaux)
  • Pierre Baudoz (Examinauteur) : Astronome adjoint (Laboratoire d’Etudes Spatiale et d’instrumentation en astrophysique)
  • David Mouillet (Examinateur) : Astronome (Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble)
  • Jean-François Sauvage (Examinateur) : Ingénieur de recherche (Onera)
  •  Marc Ferrari (Directeur de thèse) : Astronome (Laboratoire d’Astrophysique de Marseille)
  •  Laurent Mugnier (Co-directeur de thèse) : Maître de recherche (Onera)

Résumé :

L’observation directe des exoplanètes est rendue difficile par l’énorme différence de flux entre la planète et l’étoile autour de laquelle elle gravite, ainsi que la faible séparation angulaire entre ces deux corps. Une telle observation peut être réalisée en couplant l’imagerie à haute résolution angulaire, garantissant la séparation des deux objets observés, et la coronographie, qui atténue le flux en provenance de l’étoile. Dans le cas de l’observation depuis le sol, l’utilisation d’une boucle d’optique adaptative extrême est indispensable afin de minimiser les défauts optiques (notamment la turbulence atmosphérique) qui dégradent la qualité de l’extinction fournie par le coronographe. Une fois la turbulence atmosphérique corrigée par la boucle d’optique adaptative et l’essentiel de la lumière stellaire éliminée par le coronographe, les performances ultimes d’un instrument d’imagerie à haut contraste sont limitées par ses aberrations quasi-statiques, dont la mesure et compensation permettraient d’optimiser l’atténuation de la lumière en provenance de l’étoile afin d’améliorer les performances de détection. Une solution possible consiste à estimer ces aberrations quasi-statiques à partir de données acquises sur le détecteur scientifique lui-même afin de ne pas être limité par la présence d’aberrations différentielles.

Au cours de cette thèse j’ai conçu un Analyseur de Surface d’Onde (ASO) plan focal dédié à la calibration des aberrations quasi-statiques dans les systèmes d’imagerie à haut contraste. Cet ASO, baptisé COFFEE, est fondé sur une extension de la diversité de phase à un système d’imagerie coronographique et permet d’estimer les aberrations en amont et en aval du coronographe à partir d’images coronographiques acquises en plan focal, différant d’une phase connue introduite en amont du coronographe. Au cours de cette thèse, j’ai conçu et testé COFFEE par simulations numériques puis l’ai validé expérimentalement sur banc. L’identification de plusieurs facteurs limitant la précision de l’estimation des aberrations m’a conduit à modifier le formalisme sur lequel repose COFFEE pour l’adapter à l’estimation d’aberrations de hauts ordres avec une précision nanométrique. Cette version hauts ordres de COFFEE a été utilisée avec succès sur l’instrument européen VLT/SPHERE au sein d’un processus de compensation dédié à l’étalonnage des aberrations quasi-statiques de l’instrument. La compensation des aberrations estimées par COFFEE a ainsi permis d’optimiser le contraste mesuré sur le détecteur IRDIS de SPHERE. Enfin, j’ai développé une nouvelle méthode de compensation fondée sur une approche de type minimisation de l’énergie et destinée à être couplée avec COFFEE pour permettre d’atteindre de très hauts niveaux de contraste sur le détecteur scientifique. Dans ce cadre, j’ai développé un banc optique dédié à la validation expérimentale de nouveaux concepts de contrôle de front d’onde pour l’imagerie à haut contraste.

Laisser un commentaire